Krishnamurti

Revoici du Krishnamurti.
C’est du solide.
Ça demande à être lu et relu avec attention.
Ça demande aussi à être plus que lu : réfléchi, ressenti et médité.

Amour et Sagesse
Swamiji

« Question: Un fait généralement admis de nos jours est que tout
est relatif, une question d’opinion personnelle, qu’il n’y a pas de vérité
ou de fait indépendant de la perception personnelle.

Comment réagir intelligemment à cette croyance ?
Sommes-nous tous tellement personnels que ce que je vois, ce
que vous voyez est la seule vérité? Que votre opinion et la mienne
sont les seuls faits à notre disposition ?

C’est ce qu’implique la question; que tout est relatif; la bonté est relative,
le mal est relatif, l’amour est relatif. Si tout est relatif (c’est-à-dire que
ce n’est pas la vérité entière et complète) alors nos actes, nos affections,
nos rapports personnels sont relatifs, ils peuvent se terminer à tout
moment si nous le désirons, dès qu’ils ne nous satisfont pas.

Y a-t-il une vérité en dehors de la croyance et de l’opinion personnelles?
La vérité existe-t-elle ? Les Grecs, les Hindous et les bouddhistes ont
posé cette question dans l’antiquité. C’est un des faits singuliers des
religions orientales qu’on y ait encouragé le doute-douter, mettre en question –
alors que dans celles d’Occident, il n’est guère admis et s’appelle hérésie.

On doit découvrir soi-même, en dehors de ses opinions personnelles,
de ses perceptions, de ses expériences, qui sont toujours relatives, s’il
existe une perception, une vision qui corresponde à la vérité absolue,
non relative.

Comment le savoir ? Si on dit que les opinions personnelles et les
perceptions sont relatives, alors la vérité absolue n’existe pas, tout
est relatif. Par voie de conséquence, notre conduite, nos manières.
notre mode de vie sont relatifs, fortuits, incomplets, non pas entiers
mais fragmentaires.

Comment découvrir s’il existe une vérité absolue, complète, qui ne
s’altère jamais dans le climat des opinions personnelles ?
Comment l’esprit, l’intellect, la pensée vont-ils procéder ?
On enquête sur quelque chose qui exige énormément de recherches,
de l’action dans la vie quotidienne, la mise de côté de ce qui est
faux -c’est la seule façon de procéder.

Si on a une illusion, un fantasme, une image, un concept romanesque
de la vérité ou de l’amour, c’est là la barrière même qui empêche d’avancer.
Peut-on honnêtement mener une enquête sur ce qu’est une illusion ?
Comment se manifeste-t-elle ? Où prend-elle racine ?

Cela ne signifie-t-il pas qu’on joue avec quelque chose qui n’est pas réel ?
La réalité est ce qui a lieu, qu’on appelle cela bon, mauvais ou indifférent;
c’est ce qui se passe réellement. Quand on est incapable d’affronter cela
en soi, on se crée des illusions pour s’en évader. Si on ne veut pas faire
face à ce qui se passe réellement, ou bien qu’on a peur
de le faire, cet acte même de l’éviter crée l’illusion, un fantasme, un
mouvement romanesque, loin de ce qui est.

Ce mot « illusion » implique l’éloignement de ce qui est.
Peut-on éviter ce mouvement, cette évasion de la réalité ?
Qu’est-ce que le réel ? C’est ce qui a lieu, y compris les réactions, les idées,
les croyances et les opinions que l’on a. Leur faire face, c’est ne pas créer
d’illusion.

Il ne peut y avoir illusion que s’il y a mouvement d’éloignement du fait,
de ce qui a lieu, de ce qui est réellement. En comprenant ce qui est,
on ne juge pas par opinion personnelle, mais par observation réelle.
On ne peut observer ce qui se passe réellement si la croyance ou le
conditionnement qu’on peut avoir pèsent sur l’observation.

Dans ce cas, il n’y a pas de compréhension de ce qui est. Si on pouvait
regarder ce qui se passe réellement, on pourrait éviter complètement
toute forme d’illusion. Peut-on le faire ? Peut-on réellement observer sa
dépendance ? -que ce soit d’une personne, d’une croyance, d’un idéal
ou d’une expérience particulièrement stimulante ?

Cette dépendance crée inévitablement l’illusion.

Ainsi, un esprit qui ne crée plus d’illusion, qui n’émet pas d’hypothèses,
qui n’a pas d’hallucinations, qui ne veut pas s’engager dans une expérience
de ce qu’on appelle la vérité a mis de l’ordre chez lui. Il est en ordre.
Les illusions, les leurres, les hallucinations ne provoquent plus de confusion;
l’esprit a perdu sa capacité de créer des illusions.

Alors, qu’est-ce que la vérité ? Les astrophysiciens, les scientifiques
utilisent la pensée pour faire de la recherche sur le monde matériel qui
les entoure, ils vont au-delà de la physique, ils la dépassent, mais en
avançant toujours vers l’extérieur. Si l’on commence toutefois par se
diriger vers l’intérieur, on s’aperçoit que le « moi » est aussi de la matière.
La pensée est également de la matière.

Si on peut se mouvoir vers l’intérieur en passant d’un fait à l’autre, alors on
commence à découvrir ce qui est au-delà de la matière.
Donc, la vérité absolue existe, à condition d’aller jusqu’au bout ».

Panier
Retour en haut